Combien de fois vous êtes-vous retrouvé dans une conversation avec votre adolescent sans réponse ou avec des réponses syllabiques ? Combien de temps cela a-t-il duré ? Leur comportement négligeant augmente-t-il de jour en jour ? Comment allez-vous faire face à cette situation ? Êtes-vous prêt à avoir une nouvelle discussion d’encouragement avec eux ?

Il est difficile de s’occuper d’un adolescent, surtout lorsque ses réponses sont syllabiques, qu’il est toujours au téléphone, qu’il n’a pas d’amis, qu’il n’aime pas se faire des amis ou qu’il ne s’intéresse à aucune activité ni à l’école !

Si vous pensez que votre adolescent est confronté à des problèmes de santé mentale, vous souhaitez certainement l’aider ou le soutenir dans sa démarche. Mais pensez-vous que votre adolescent viendra un jour vous voir pour discuter ouvertement de ses problèmes avec vous ? Non, n’est-ce pas ?

Eh bien, c’est ce dont il est question dans ce nouveau sondage !

Un nouveau sondage indique que les parents pensent que même lorsque leurs adolescents présentent certains symptômes de santé mentale, ils ne savent pas si leur adolescent discutera un jour de ses problèmes de santé mentale avec eux. Un nouveau sondage suggère que les parents ne sont pas confiants ! Qu’est-ce qui fait défaut ?

Avant de répondre à cette question, discutons d’abord du sondage.

Discussion sur le sondage

Le sondage montre qu’un parent sur quatre pense que ses adolescents ne sont pas prêts à discuter avec eux de leurs problèmes de santé mentale ou de leurs difficultés. Cette étude montre que nos parents sont aux prises avec des difficultés bien réelles. Le niveau des conversations entre les adolescents et leurs parents est en baisse, ce qui signifie que les adolescents ne veulent pas demander de l’aide à leurs parents, même lorsque la situation est grave.

Mary Alvord (psychologue) a déclaré,

« Je pense que les parents ne savent pas nécessairement ce qui se passe parce qu’à l’adolescence, on a tendance à moins parler à ses parents et à partager. Vous êtes plus enclin à parler à vos amis de ce qui vous tracasse. » Elle a également suggéré que « les parents doivent être plus vigilants ».

Alors que les gens en parlent dans le monde entier, nous devrions toujours nous rappeler qu’il est vraiment important que les parents soient attentifs aux problèmes ou aux signes de santé mentale, qu’ils remarquent toujours si leur adolescent est moins enclin à d’autres activités et, surtout, qu’ils encouragent leurs enfants à obtenir la bonne aide et le bon soutien.

Aperçu du sondage :

95% des parents pensent avoir remarqué des problèmes de santé mentale chez leurs enfants.
25% des parents pensent que leurs enfants viendront leur parler ouvertement de leurs problèmes de santé mentale.
Peu de parents pensent que leurs enfants les approcheront directement.
65% des parents croient que le fait d’être anxieux ou inquiet est un signal d’inquiétude
63% des parents croient que l’interaction avec la famille est diminuée
61% des parents pensent que les notes diminuent et que cela peut être une cause d’inquiétude.
53 % des parents pensent que les habitudes de sommeil de leur adolescent ont changé.
49% des parents pensent qu’ils ont remarqué des changements dans leurs habitudes alimentaires

Obstacles rencontrés par les parents

Nous sommes tous quelque part conscients que les adolescents éprouvent continuellement des sentiments de désespoir et de tristesse, et COVID-19 nous a donné un grand coup et ces chiffres se sont en fait exacerbés. Il est largement connu que les jeunes sont aux prises avec des problèmes de santé mentale et ne sont pas en mesure d’obtenir le soutien adéquat. De plus, des problèmes internes comme la gêne et la honte empêchent les adolescents de chercher de l’aide.

Bien que les adolescents soient susceptibles de parler avec leurs amis, certains d’entre eux ne sont à l’aise avec personne. Il est donc très important que les parents examinent les symptômes de leur enfant et lui offrent un soutien sans le juger ni le punir.

Comment aider votre adolescent à s’ouvrir ?

Si, en tant que parent, vous ne pensez pas que votre enfant viendra un jour vous voir et qu’il discutera avec vous de ses problèmes de santé mentale, vous voudrez peut-être savoir ce qu’il faut faire ensuite ?

Vous pouvez commencer par surveiller ses changements de comportement (alimentation, sommeil, retrait social, irritabilité, changements d’attitude, changements d’élocution, et tout ce que l’on peut conclure de son comportement).

Si votre adolescent continue à dire que ses actions sont impératives ou qu’il n’a aucune motivation pour vivre sa vie, vous devez commencer à observer les pensées suicidaires.

Essayez toujours d’avoir une conversation directe, honnête et ouverte avec votre adolescent afin de briser tous les stigmates entourant la santé mentale.

Montrez toujours votre volonté de communiquer régulièrement avec lui afin de savoir ce qui se passe réellement dans sa vie.

Essayez d’écouter et de valider ses sentiments afin qu’il puisse vous faire confiance et partager en étant entendu et vu. Essayez de les guider et de les aider pour qu’ils se sentent soutenus. Devenez leur mentor avant de devenir leurs parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire